Questions/Réponses sur la Biodiversité

Choisissez votre catégorie.
Si votre question n'apparait pas, envoyez-nous un message ci-dessous ou via notre compte facebook
  • Facebook
Votre question :

Questions fréquentes :

 

Que faire quand on a un nid de frelon chez soi ?

Si c’est dans l’habitation, faite appel à une société spécialisée.
Si c’est dans le jardin, essayez d’identifier si c’est un frelon asiatique ou européen :
- Si c’est des frelons européens, il faut seulement garder ses distances avec le nid et ne pas le toucher.
- Si c’est des frelons asiatiques (espèce invasive et dangereuse), il faut le signaler au MNHN sur le site suivant : http://inpn.mnhn.fr/espece/signalement/vespa. Vous pouvez faire supprimer le nid par une société spécialisée, votre commune peut prendre en charge le coût de l’opération si elle a signé une convention avec la Fédération départementale contre les organismes nuisibles (FDGDON).
Attention ! Les pièges « dit pour frelons asiatiques » piègent également les espèces locales d’hyménoptères, donc ils sont à éviter.

Comment reconnaître le frelon asiatique ?

Le frelon asiatique est quasiment tout noir avec la face orange et un anneau orange sur l’abdomen.

Que faire si l’on voit un essaim d’abeilles chez soi ?

Vous pouvez contacter des apiculteurs afin qu’il récupère l’essaim.
Liste des intervenants possibles : ici

Que faire si je trouve un oiseau blessé ?

 

A NE PAS FAIRE :

- Ne jamais donner à boire ou à manger, ni de médicaments. Ne pas donner de lait ni de pain.
- Ne pas ramasser les oiseaux tombés du nid et les jeunes chouettes, mais les remettre en hauteur.
- Eviter de manipuler l’animal et de le montrer. Ne pas utiliser de cage.
- Ne pas le caresser, ne pas lui parler. Le laisser au calme.


A FAIRE :

- Attraper l’animal avec des gants ou l’envelopper dans un vêtement ou une couverture.
- Attention aux serres des rapaces ou au bec des échassiers (héron, cigogne).

- Se protéger du bec en maintenant la tête avec une main.
- Placer l'animal dans un carton adapté pour qu'il ne s'échappe pas pendant le transport.
- Appeler le centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus proche

IMPORTANT : Le transport d’un animal sauvage est illégal sans autorisation, il est toléré pour le transporter dans un centre de soin le plus proche.

J’ai trouvé un oisillon vivant tombé de son nid, que puis-je faire ?

Vous pouvez le remettre dans son nid ou le mettre en lieu sûr, mais uniquement s’il se trouve dans une zone à risques (bord de route, présence de chats). Sinon, laissez-le, car ses parents sont  à proximité et vont continuer de l’alimenter jusqu’à l’autonomie.

Que faire si je trouve un oiseau bagué ?

Le baguage des oiseaux sauvages constitue une source précieuse d'informations sur leur biologie : structure de leurs populations, âge, taux de mortalité, voies de migrations… Il peut contribuer efficacement, grâce à l'amélioration des connaissances, à une meilleure protection tant au plan national qu'international.
- Si l'oiseau est simplement commotionné et qu'il repart : notez le numéro de la bague, le nom de l'espèce si possible, la date de la découverte, le lieu (lieu-dit ou commune) et les circonstances de sa découverte.

- Si l'oiseau est mort : renvoyez la bague accompagnée des mêmes informations et indiquez si possible l'état du cadavre.

 

Qui contacter si je trouve un oiseau bagué ?


- S’il s’agit d’un oiseau sauvage (bague « metal »), ces informations sont à envoyer au :

CENTRE DE RECHERCHES PAR LE BAGUAGE DES POPULATIONS D'OISEAUX (CRBPO)
55 RUE BUFFON 75005 PARIS
TÉLÉPHONE : 01 69 54 36 16
bagues@mnhn.fr
- S’il s’agit d’un pigeon voyageur, prenez contact avec :

FÉDÉRATION COLOMBOPHILE FRANÇAISE

54 BD CARNOT
59800 LILLE, CEDEX
03 20 06 82 87

Qui contacter si j'ai une information ou question urgente à propos du Gravelot à collier interrompu ?

Le Groupe Ornithologique Normand dispose d’une ligne d’urgence, qui est le 06 47 92 27 91

Que faire si je trouve un mammifère blessé ?

Evitez la manipulation de mammifères. En cas de morsure ou de griffure, contactez au plus vite votre médecin.

IMPORTANT : Le transport d’un animal sauvage est illégal sans autorisation, il est toléré pour le transporter dans un centre de soin le plus proche.

  • Si c’est un mammifères échoués, contactez : Observatoire PELAGIS au 05 46 44 99 10

 

  • Si non, contactez : Groupe Mammalogique Normand au 09 54 53 85 61

 

Pour trouver le centre de sauvegarde le plus proche et les conseils à suivre : Union Nationale Française des Centres de Sauvegarde de la faune sauvage

Les chauves-souris sont-elles dangereuses ?

 

Les espèces de chauves-souris dans nos contrées sont totalement inoffensives. Elles ne boivent pas le sang des vertébrés, elles ne s’accrochent pas à nos cheveux,… Mieux, elles sont même très utiles autour de chez nous car dévore quantités de moustiques et autres petites bêtes qui nous embêtent chaque nuit, à la belle saison. Et si une colonie se trouve dans vos combles, le mieux est de mettre un grande bâche pour ne pas que leurs fientes salissent votre sol : c’est un excellent engrais pour le jardin !

Si vous rencontrez une gène à cause des chauves-souris contactez Groupe Mammalogique Normand au 09 54 53 85 61

Que faire si je trouve un amphibien ou un reptile dans mon jardin ?

Il faut laisser l’animal là où il a été trouvé (sauf s’il était pris au piège), il se débrouillera tout seul. Les amphibiens sont des espèces protégées, car leurs populations sont en régression, leur capture est interdite.

Pour les aider, on peut adopter quelques mesures comme limiter l’usage des pesticides, créer une petite mare, aménager des tas de bois ou des murets en pierre.

Pourquoi les amphibiens dans ma mare ont disparu ?

Des modifications récentes ont eu lieu dans ou autour de la mare qui peuvent peut-être expliquer cette disparition (introduction de poissons, de canards, modification de la végétation alentour…).

J’ai une vipère dans mon jardin ou près de ma maison ?

Les vipères sont très farouche, elles ont peur de l'homme. Si elles s’approchent des habitations c’est que les environs leurs sont favorables (herbes hautes, friches…). Débroussailler les abords proches des habitations pour les éloigner.

Les morsures de vipère sont très rares, car l’espèce est craintive et s’enfuit souvent avant qu’on la voit, car elle perçoit les vibrations liés aux mouvements, aux pas.

En cas de morsure, pas besoin d’utiliser d’aspi-venin (gadget inutile !). Vous avez plusieurs heures devant vous pour vous rendre chez un médecin ou dans l’hôpital le plus proche.

 
 
 
 

PAGE EN CONSTRUCTION, MERCI DE VOTRE PATIENCE.

CONTACT

URCPIE de Normandie

21 rue du Moulin au Roy

14000 CAEN

06 59 60 37 00

coordination@urcpie-normandie.com

© 2020 - URCPIE de Normandie /  Conception : B.POTEL/L.BRIEAU/G.FRANCOIS/L.BOUMEDIENE - Tous droits réservés